radioprecaire

L'abus de précarité est dangereux pour les journalistes

      Partager Partager

On éjecte en silence


Combien sont-ils à avoir quitté Radio France sans faire de bruit, sur la pointe des pieds ? Des noms que l'on n'entend plus, et soudain on se demande « Où sont-ils ? ». Eh bien, partis à la concurrence !

Déjà parce qu'elle paie mieux. 90 € nets la journée à RTL contre 55 € à Radio France. En plus, en presse écrite, l'intégration est souvent plus rapide.

Mais Radio France l'assure : «Vous pouvez partir travailler ailleurs et revenir. Il faut juste nous prévenir ». Et c'est vrai, des CDD sont actuellement à Europe 1, RTL, RFI. Reviendront-ils facilement à Radio France ? Ça, c'est autre chose ! Certains en ont déjà fait la douloureuse expérience. « Je suis revenue. En trois mois, j'ai eu deux semaines de contrats. Alors, il a fallu chercher ailleurs pour continuer à payer mon loyer. » Et c'est à ce moment-là que la DRH rappelle. Et termine son coup de fil par un : « Vous n'êtes jamais disponible ! ». Mais comment reprocher à des journalistes précaires de privilégier les employeurs qui les font vivre ? Et résultat, Radio France perd de très bons éléments. 

La qualité professionnelle s'acquiert avec les années d'expérience, partout. Sauf à Radio France. « J'ai l'impression que plus on est vieux sur le planning, moins on a la cote. » « J'ai senti que le ton avait changé concernant les anciens comme moi. »  Et plus les CDD sont vieux sur le planning, moins ils ont de contrats longs, de contrats tout court d'ailleurs. « Après plus de 7 ans de bons et loyaux services, je ne vis plus de Radio France mais des allocations chômage et de mes économies. »

Alors quand ils sont à bout, ils partent, poussés vers la sortie par la direction qui leur donne le choix. « Il y a deux manières de quitter Radio France, s'est entendu dire ce CDD, la manière douce ou la manière forte. » 
Le chèque ou les prud'hommes, après plus de 7 ans de  bons et loyaux services



Mercredi 2 Avril 2014
Lu 3357 fois





A lire également :