radioprecaire

L'abus de précarité est dangereux pour les journalistes

      Partager Partager

Ca c'est du sport !


Très souvent, il est passionné, le pigiste sportif. Comme lorsque l’on aime, on ne compte pas : il ne compte pas les kilomètres (pas toujours défrayés) qu’il parcourt pour couvrir telle ou telle rencontre.

Il ne compte pas non plus sa rémunération horaire (53.22€ brut pour un commentaire intégral + les sons d’avant et après-match).

Et il arrive que, pour le même prix, certains pigistes doivent combler. Lorsque, seul, à la mi-temps, depuis la tribune-presse, il devient une sorte de "journaliste-animateur-technicien".  On a eu beau chercher, on ne l'a trouvé nulle part dans la convention collective



Vendredi 1 Juillet 2011
Lu 2707 fois